Le symposium en deux mots

Je fixais des vertiges

Dialogue entre deux pôles de la pratique artistique actuelle

L’artiste est toujours en proie à différents vertiges. Il se tient en équilibre au bord de ce qu’il appréhende au-delà de lui-même et veut faire apparaître à la lumière.

L’artiste aujourd’hui développe des manières simples ou excessives de nommer le monde dans lequel il vit.

On retiendra essentiellement, pour souligner le 30e anniversaire du Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul, deux attitudes aux antipodes, deux façons différentes de créer, qui caractérisent bien la pratique de l’art aujourd’hui. Pour cela, on retiendra des artistes qui travaillent à deux pôles opposés de la pratique artistique actuelle : le premier pôle décrit une pratique qui entraîne des propositions dépouillées aux accents minimalistes soit dans la forme, soit dans le contenu ; l’autre pôle se définit par une pratique excessive, accumulatrice, où les signes débordent sans hiérarchie.

La 30e édition sera donc le témoin d’un dialogue riche entre des artistes qui inscrivent leur pratique à l’aune d’une ou l’autre de ces deux pôles.


GILLES MIHALCEAN

PRÉSIDENT D’HONNEUR

Une œuvre qui donne à voir
Le Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul est heureux d’accueillir le sculpteur Gilles Mihalcean comme président d’honneur de sa 30e édition.

En 2011, Gilles Mihalcean a reçu le prix Borduas, la plus haute distinction accordée aux artistes en arts visuels au Québec. Son œuvre, façonnée par une extraordinaire diversité de matières, interroge le monde en le racontant et en le déconstruisant. Elle offre au regard une densité et une organicité qui se combinent à un travail avec la langue (s’appuyant notamment sur des expressions populaires et des jeux de mots de toutes sortes).

Résolument inscrite dans le territoire et dans l’histoire (ou l’Histoire), cette œuvre poétique fait vivre des expériences sensitives en déployant un savoir-faire remarquable et offre un ensemble d’énigmes aux réponses ouvertes.

Artiste accompli, Gilles Mihalcean a redéfini la sculpture au Québec. Alchimiste proposant un voyage au cœur de la matière, il mêle le dur et le mou, le lisse et le rugueux, le banal et le précieux, inventant un glossaire de formes à la fois inusitées et étrangement reconnaissables. Le sculpteur n’est jamais très éloigné de l’orfèvre : un orfèvre incisif, qui grave le réel à coups de couteaux et de fantasmes. C’est donc avec beaucoup de respect et de reconnaissance que nous recevons Gilles Mihalcean, un artiste dont l’œuvre est profondément ancrée dans l’imaginaire québécois.

Serge Murphy

Trou de ver, 2006-2009. Bois, plâtre, papier, pâte à modeler, peinture. 200 x 366 x 732 cm

Photo : Bettina Hoffmann

Saviez-vous que...

Le Symposium de Baie-Saint-Paul est le plus ancien symposium d’art contemporain toujours en activité au Canada.